Nouvelle Vague
ZOOM-BenMazué

#NVmagZoom

Chanteur, guitariste, auteur, compositeur et interprète d’une chanson française ouverte au soul, hip hop ou encore au slam, Ben Mazué est actuellement en tournée dans toute la France pour présenter son troisième album à travers son spectacle « La Princesse et Le Dictateur ». Nous avons interviewé cet artiste au style et au sourire inimitable, qui a déjà marqué et façonné la chanson française de ces dernières années.

 

Avant de vous lancer dans la musique vous étiez médecin, pourquoi avoir choisi la voie de la musique et non celle de la médecine ?

Je ne regrette pas du tout mon parcours dans le domaine de la médecine, c’est un métier très intéressant où la passion est indispensable pour exercer. Mais la musique me passionne aussi alors j’ai fait le choix de mettre la médecine entre parenthèse pour me consacrer à une nouvelle aventure qui est celle de la musique.

Vos titres, comme vos concerts, sont des concentrés d’émotions. Est-ce un prérequis pour l’écriture de vos textes ou une coïncidence heureuse ?

Pour moi le but d’une chanson est de partager une émotion, donc cela apparaît effectivement comme un prérequis.

A travers la description que vous faites de vous-même ou de vos personnages, vos textes nous en apprennent beaucoup sur vous, vous n’avez pas peur de vous livrer à ce point à votre public ?

En parlant du fond de ce que je suis, je vais accéder au fond des autres. J’ai cette envie de transmettre une émotion. Cette idée qu’à travers ce que je raconte sur moi je vais aller chercher quelque chose qui est partagé par les gens qui écoutent mes morceaux, faire résonner quelque chose chez eux. Donc non ça ne me fait pas peur.

Dans votre premier album, plusieurs de vos textes se rapprochent du rap, dans « 33 ans » votre deuxième album, l’influence du rap laisse place à l’influence du slam, quand est-il pour votre prochain album ?

J’ai toujours eu l’impression de faire de la chanson française en fait. Pour moi la définition de la chanson française c’est d’avoir la capacité d’émouvoir par le texte, donc c’est le texte qui sera vecteur d’émotion. Je pense que ce qui différencie le rap de la chanson française ou du slam c’est notre parcours. Si on nous a vu dans un « rap contenders » ou en « open mic » on va dire de nous qu’on est rappeur, moi j’ai un parcours de chanteur de chanson française et puis c’est ça que je revendique. Ensuite, comme je suis né dans les années 80 j’ai écouté beaucoup de rap, et j’en écoute encore aujourd’hui, donc évidement ça m’inspire et ça a une influence sur ce que je fais. Après mon envie c’est de faire des chansons pas du rap. Forcément quand on fait un nouvel album, un nouveau projet on a d’autres envies et d’autres inspirations, tout en restant fidèle à ce que l’on est.

J’ai personnellement assisté à l’un de vos concert lors de votre tournée pour l’album « 33 ans » et j’ai été plus qu’agréablement surpris par la tournure du spectacle, qui flirt avec le stand up, pour donner lieu à un format particulier, pourquoi ce choix ?

En fait je suis allé voir un spectacle de Jacques Gamblin « Tout Est Normal Mon Cœur Scintille » et c’est un spectacle où il raconte sa vie en mêlant poésie et danse. Jacques Gamblin danse très bien, et j’ai trouvé ça très fluide. De plus j’avais envie de faire des transitions entre mes morceaux. J’apprécie les belles transitions à l’inverse des récitals où les artistes disent merci et passent au morceau suivant. Donc en allant voir pas mal de spectacle de stand up ou de mise en scène, j’ai voulu adopter ce rythme que j’adore.

Votre dernier spectacle, celui que vous présentez un peu partout en France depuis novembre 2016, s’appelle « La Princesse et Le Dictateur » que pouvez-vous nous en dire ?

Vous savez, je continue de me poser la question de savoir ce que je voudrais faire quand je serai grand, et quand j’y réfléchis j’ai un raisonnement d’enfant dans le sens où quand on demande a un enfant ce qu’il veut faire plus tard il pense en terme de rêves pas en termes de compétences. Et bien moi, quand je me pose la question de savoir ce que je veux faire quand je serai grand, je me dis que j’aimerais faire un film. Un film c’est une œuvre complète il y a de l’émotion musicale, narrative, dans les dialogues, il y à avoir avec de la photographie enfin j’aime tout ça. Donc sur scène je raconte mon film, je le décris.

 

Thomas Vandewattyne

Le 02/03/17 au Théâtre du Rocher – La Garde (83), le 03/03/17 au Centre René Char – Digne-les-Bains (04) et le 05/03/17 au Théâtre Lino Ventura – Nice (06).

www.benmazue.com

Laisser un commentaire