Nouvelle Vague

AVISHAI COHEN

ZOOM-AVISHAI-COHEN-TRUMPET-Nando García

Trompettiste reconnu dans le monde du jazz, Avishai Cohen entame depuis peu la tournée de son nouvel album : « Into The Silence » sorti le 29 Janvier dernier. Accompagné de son quartet  Yonathan Avishai au piano, Nasheet Waits à la batterie, Eric Revis à la contrebasse ainsi que Bill McHenry au saxophone. Misant sur la communion du groupe pour retranscrire un état d’esprit, ces jeux de silence ne nous laissent pas indifférents.

 

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à faire du jazz ? De la trompette en particulier ?

J’ai été ouvert au jazz très tôt. Mais c’est grâce à mon professeur de trompette au conservatoire que j’ai vraiment eu l’occasion de jouer et découvrir le jazz. C’est une chance pour un enfant de dix ans de Tel-Aviv d’être exposé à une excellente bande et jouer des morceaux comme Charleston.

 

On ne cesse de vous comparer à Miles Davis pour la trompette. Mais je suppose qu’il n’y a pas que cela. De qui vous êtes-vous inspiré ?

Je pense que Miles est une grande source d’inspiration pour un artiste en général. J’aime sa constante adaptation et évolution. De même pour David Bowie, c’est un exemple. Pour en venir à la trompette, j’ai eu beaucoup d’influences comme Thad Jones, Dizzie Gillepsy, Clifford Brown, Lee Morgan et Louis Armstrong bien sûr.

 

Quel sentiment cela vous procure-t-il d’avoir une famille de musiciens ? Et quand vous jouez tous ensemble ?
C’est une expérience unique. Je suis reconnaissant d’avoir grandi en faisant cela et de continuer. C’est un don de partager la passion de votre vie avec les gens dont vous êtes le plus proche. Faire de l’art, parcourir le monde avec vos semblables, créer et vous soutenir mutuellement…c’est une chose magnifique et ça comprend d’accepter que chacun ait sa place dans un groupe.

 

Votre style est décrit comme pur, post-bop, soigné, travaillé, comme un phrasé singulier entre le new-yorkais et le traditionnel de vos origines. Et vous, comment le décririez-vous ?

J’essaie autant que je ne peux de ne pas décrire mon style. Je laisse les gens interpréter comme ils veulent. Je suis un musicien de jazz parce que c’est la musique que j’ai étudié le plus et ce que j’ai pratiqué toute ma vie. Ce n’est pas la seule musique que j’écoute, mais la seule que je fais. Donc j’essaie d’être aussi divers que je peux, je tente de ne pas écrire en fonction du style dont je pense faire partie. J’essaie seulement d’être moi-même.

 

Nous savons que votre dernier album « Into The Silence » est un hommage à votre défunt père. Ces jeux autour du silence, comment avez-vous procédé pour les créer ?

Je ne vais pas appeler ça un hommage à mon père. Il s’agit plus d’une réflexion sur moi-même face à son absence, et le choc de perdre la personne que j’aime le plus au monde. Mon état d’esprit c’était juste d’être en vie, à essayer de comprendre cette chose incompréhensible qu’est la mort. J’ai alors laissé aller toutes ces émotions dans la musique. Mettre cela sur le papier m’a été bénéfique.

 

Pour cet album vous étiez accompagné de votre quartet, composé de grands artistes. Cette union s’est faite naturellement ? Etait-ce une bonne symbiose pour votre projet?

Oui, principalement. Nasheet Waits et Yonathan Avishai étaient ceux dont j’avais besoin pour être à la batterie et au piano. Je savais que cela serait une chose naturelle pour moi et donc plus simple pour ma composition. Eric Revis, est un contrebassiste avec qui Nasheet était en confort. C’était important d’avoir cette confiance et cette énergie. Et j’aime le son de Bill McHenry au Saxophone et sa liberté. Donc j’ai pensé que ça serait une bonne chose pour le reste de la bande.

 

Après ce premier disque en leader pour le prestigieux label ECM (Manfred Eicher), quels sont vos projets futurs ? Pensez-vous à de nouvelles fusions ?

Eh bien ce n’est que le début de ce projet et du voyage. Nous venons d’enregistrer et cette semaine c’est la première tournée. Même si j’ai d’autres projets en cours, j’ai un autre groupe, mais pour le moment je mets l’accent sur ce quintet.

 

Charlotte Munoz

 

www.avishaicohenmusic.com

 

Crédit photo : Nando García

 

Laisser un commentaire