Nouvelle Vague

AUREN

ZOOM-Auren

Auren, la jeune lyonnaise bercée à la chanson française, nous présente son album produit chez Naïve, « J’ose ». Pour réaliser cet album pétillant, la chanteuse française s’est judicieusement alliée à Nicolas Dufournet, l’ancien bassiste des Oui-Oui. Ainsi est né un réel coup de foudre artistique sur la production de cet album. Léger, multicolore et aux influences variées, laissez vous tenter par « J’ose ».

 

En quoi la rencontre avec Nicolas Dufournet a-t-elle été révélatrice pour réaliser «J’ose » ?

Cela a été premièrement un vrai coup de cœur musical et humain et puis en fait il a mis le dernier « coup de vernis », le dernier coup de maître sur les chansons qui existaient déjà. Il a apporté des couleurs supplémentaires. Ce qui était vraiment super, c’était que dans son studio il y avait plein d’instruments vintage incroyables, notamment des claviers datant des années soixante-dix et quatre-vingt. C’est vrai que c’était une vraie caverne d’Ali Baba et c’était une grande découverte aussi pour moi. Musicalement et humainement c’était vraiment très enrichissant. Nous avons fait cela avec beaucoup de plaisir et ces trois choses alliées m’ont permis de faire un album qui me ressemble en tous cas. Il a été à mon écoute et il m’a aussi permis de me dépasser, de m’emmener dans des endroits où je n’aurai jamais osé aller.

 

Dans quel univers musical s’inscrit « J’ose » ? Et quelles sont les influences qui vous ont mené à faire de la musique ?

En fait j’ai vraiment été baignée dans une famille qui écoutait de la chanson française, qui écoutait de la musique classique mais aussi beaucoup de pop anglaise comme les Beatles, les Who, les Pink Floyd et il est vrai que ma culture musicale est celle-ci. Ensuite, quand je me suis mise à faire de la musique, mon instrument premier était le piano donc je jouais beaucoup du William Sheller par exemple. Puis je me suis intéressée à la folk plus particulièrement avec Johnny Cash, je suis une grande fan ! J’aime également beaucoup Jim Crocé et Calexico. « J’ose » reflète ces parties là de mes influences et Nicolas a apporté tout le côté années quatre-vingt. C’est un patchwork de tout ça.

 

D’ailleurs, pourquoi « J’ose » ?

« J’ose » c’est vraiment le thème prioritaire de cet album, je trouvais que cela résumait bien tous les thèmes que j’abordais dans cet album comme oser être soi-même, oser faire confiance, oser dire non, oser déplaire et que ce soit dans la vie en général autant qu’en amour. Par exemple quand j’aborde le sujet de Frida Kahlo avec Diego Rivera, qui osaient s’aimer inconditionnellement. Il faut oser aussi changer la donne et pouvoir dire « non, ça suffit ». Dans « J’ose », je me fais confiance, peu importe ce qu’il se passe j’y vais. J’avais vraiment envie de mettre tout cela en avant.

 

Quelles sont les premières parties de concerts qui vous ont été le plus enrichissantes professionnellement parlant ?

Elle l’ont toutes été et j’en ai apprécié chaque seconde. C’est à peine s’il ne fallait pas que je me pince pour savoir que c’était bien réel de jouer avant de si grands artistes et dans de si belles salles. Me prêter leur scène était un beau cadeau. Ces concerts m’ont permis de me donner confiance, d’apprendre à mieux gérer le trac, de prendre du plaisir, de lâcher prise tout en étant concentrée et de voir que le public était à chaque fois très heureux de découvrir un nouvel artiste. J’ai également beaucoup appris en les observant avant, pendant et après leur concert.

 

Quels sont vos projets pour 2014 ?

Tout d’abord continuer de faire des concerts et de défendre cet album sur scène car j’en ai encore très envie. Et puis continuer d’écrire de nouvelles chansons. Je développe également en parallèle de ma carrière purement musicale et d’interprète/chanteuse/auteur/compositeur, des ateliers d’écriture dans des collèges et des lycées. C’est une chose que j’aime beaucoup faire.

Julie Fiol

Le 03/04 à L’impasse Café Concert – La Seyne Sur Mer (83)

www.auren-officiel.com

Laisser un commentaire