Nouvelle Vague

ANNA FARROW

#NVmagZoom

>>>La jeune chanteuse compositeur franco-anglaise Anna Farrow sort son deuxième album cette année « Smile ». Son audace justement calibrée lui permet de jouer un jazz mélodieux penchant tantôt vers le folk, tantôt vers la soul.

Ses débuts, un appel musical

Pétillante, élancée, de jolies boucles blondes qui habillent son visage Anna Farrow est aujourd’hui une icône incontournable de la scène musicale jazz française. Avec un naturel déconcertant et une présence scénique poétique elle sait animer ses concerts et séduire son public. Seulement, bien avant d’être cette artiste aguerrie, c’est dans le Sud de la France et plus particulièrement sur la French Riviera qu’Anna Farrow débute. En 2008, c’est après avoir étudié l’histoire de l’art et l’écriture à l’Université de Lettre et Sciences Humaines de Nice, que la douce autodidacte anglo-saxonne se consacre à l’unique discipline dans laquelle elle peut s’accomplir : le chant. Elle y trouve une révélation, celle de vouloir s’accomplir dans la composition musicale. C’est dans ce terrain de jeu qu’est la musique, dans lequel elle a grandi aux côtés de ses parents passionnés, qu’Anna trouve son échappatoire et son espace de liberté créative. Farrow débute à l’âge de 7 ans par l’écriture de textes. La musique est omniprésente dans son quotidien, à la maison, écoutant sa mère chanter des mélodies endiablées, en voiture avec son père ou à l’école au sein d’une chorale, dès ses premiers pas d’enfant, Anna est vouée à trouver sa place sur scène. Ses premiers écrits sont spontanés et deviennent des mélodies qu’elle chante avec et pour le plaisir, sans pour autant avoir l’idée en tête d’une création possible d’un album. S’inspirant des plus grandes vocalistes elle débute en reprenant les grands classiques du registre jazz dans des piano-bar et sur différentes scènes. Elle joue principalement dans la région PACA, au Petit festival culturel, au Palais Nikaia de Nice ou bien au Théâtre de la Verrerie à Aix-en-Provence puis elle jouera à Paris, Elle visite les clubs de jazz lors de ses nombreux voyages, de Sydney à New-York en passant par Londres. Elle s’imprègne de ces lieux, de leur atmosphère et de leur authenticité pour débuter son travail de composition. Elle puise son imagination pour alimenter sa plume dans une foi qu’elle recherche au travers des autres, de la nature et en elle. C’est en mai 2015, avec son acolyte Ben Rando, pianiste accompli, et leur période de co-écriture musicale que le batteur Cédrick Bec et le bassiste Sam Favreau les rejoignent pour composer le premier album de la chanteuse. Un projet fondé sur une amitié et une conception musicale identique.

Anna Farrow, une voix

Chanteuse, compositrice franco-anglaise elle puise son inspiration dans les voix de Chet Baker, Serge Gainsbourg ou bien Aretha Franklin qu’elle chantait naguère enfant et durant son adolescence. Anna Farrow, c’est une voix, une voix riche qui sait monter en volume comme descendre en douceur. La chanteuse sait trouver un esthétisme dans sa technique atteignant la prouesse de la justesse. Et pourtant, c’est avec simplicité et auto-dérision que l’anglo-saxonne s’est imposée sur la scène musicale nationale. Cependant, on ne pourrait la cantonner au registre jazzy, malgré ses influences multiples et ses collaborations avec, par exemple, le grand Jaco Pastorius. L’artiste nous fait voyager entre groove, folk voir même dans un registre plus pop avec sa tessiture teintée de blues. Elle s’inscrit dans une contemporanéité plaisante et nouvelle, magnifiant la dureté du jazz pur avec la modernité des tonalités d’aujourd’hui. Anna Farrow sait aussi s’accompagner d’artistes accomplis, tels que deux musiciens importants de la scène jazz française, Cédrick Bec et Sam Favreau.

L’année 2016, son affirmation

Son premier album sort en 2016 et annonce la couleur. L’opus « Days & Moods » audacieux, au répertoire original est salué par la critique. Un disque aux influences jazz, soul et folk plus calme et minimaliste. L’artiste annonce une fragilité attachante et enchantante avec une voix suave au travers de morceaux colorés de groove comme « Happy Fool », un hommage somptueux à Charlie Chaplin qu’Anna chérie et admire. Au sein de cet opus elle ne cesse de rendre hommage à ses icônes ; elle y reprend le morceau mythique de la grande Nina Simone « Feeling Good » avec beaucoup de respect et d’humilité tout en imposant sa personnalité et son timbre si particulier. Elle n’a pas forcément une voix lui permettant des prouesses vocales telles que Patricia Barber mais sa volupté, sa souplesse et son naturel ne pourrait nous empêcher de lui accorder le droit de se hisser au rang des plus grandes.

« Smile » un album abouti

Après plusieurs singles et un premier album sorti en 2016, la chanteuse franco-anglaise donne un vent de fraîcheur à la scène musicale jazz française. L’artiste nous présente un album « Smile », intimiste teinté de mélancolie, de joie, mêlant la légèreté nuancée de cynisme. On y découvre une artiste à la recherche du bonheur, du mouvement et des changements. Un album à l’image de la chanteuse, joyeux, vivant et malicieux. Un opus qui invite à danser, avec amour et sourire. Anna Farrow y déploie toute son humanité au travers de textes et mélodies accomplis. Sa voix enivrante construit l’album, voire le défini, Farrow n’en délaisse pas pour autant le perfectionnement de ses textes toujours à la recherche d’un dépassement de ses limites pour atteindre la bonne mélodie. « Smile » est l’achèvement de la modernité avec des sonorités plus pop comme le morceau « New Born Day ». Elle y mêle cependant toujours les genres comme dans son morceau groovy « Leave » ou bien son duo acoustique épuré et minimaliste « Out of nothing ». Nous n’y trouvons qu’un unique texte en français « Désir Sauvage ». La musicienne a su s’entourer de musiciens venus de genres divers, avec des influences différentes. A la guitare, avec beaucoup de maîtrise Stefane Goldman comme au piano Ben Rando qui porte la voix singulière de la chanteuse. Plusieurs titres ont été également enregistré avec d’autres musiciens d’horizons variés ; Lucas et Adam Derrez, Kevin Gelsi ou bien Florent Sallen issus d’une scène plutôt pop et groove ainsi, depuis toujours, Sam Favreau et Cédrick Bec plus jazzy.

 

Romanne Canavese

Le 16/11/19 au Petit Duc – Aix-en-Provence (13) et le 13/12/19 à la Hall du Forum – Berre l’Etang (13).

www.anna-farrow.com

« Après plusieurs singles, la chanteuse franco-anglaise donne un vent de fraîcheur à la scène musicale jazz française. L’artiste nous présente un album intimiste teinté de mélancolie, de joie, mêlant la légèreté nuancée de cynisme. »

Laisser un commentaire