Nouvelle Vague

#NVmagLiveReport

Le 22/05/19 au Zénith Sud – Montpellier (34).

Dernière étape de sa tournée “Brol” avant son retour triomphant et assourdissant de réussite à Bruxelles, la jeune chanteuse engagée et ré-engagée a mis le feu sur scène, dans les cœurs et dans les esprits de tout le public d’un nouveau Zénith ; un de plus ! Ce soir à Montpellier, la bonne humeur et la légèreté sont de mise, et malgré le monde et l’agitation, c’est une grande famille qui se retrouve dans la fosse. Julien Granel, acolyte et chauffeur de salle attitré de ce tour des Zéniths, met tout le monde d’accord lors une première partie pétillante, il connaît la formule et « défait » en un rien de temps les fans déjà conquis. Deux gros yeux bleus font face au public, alors que « Je veux tes yeux » résonne lors de la grande entrée de celle que tous attendaient. Une princesse rock, une môme au cœur de chevalier, la fée clochette en habits de feu, Angèle débarque et joue ses morceaux si précieux à l’origine de sa réussite. Les mots justes, les notes ensorcelantes, chaque syllabe est reprise par la foule qui savoure ce moment partagé avec l’idole de toute une génération, devenue symbole de toute une cause. Un vent de paillette et de cheveux blonds souffle sur le Zénith de Montpellier, qui entonne avec force et passion les plus grands tubes de la jeune chanteuse. Le timbre de Roméo se fait entendre lorsqu’il apparaît sur l’écran, et accompagne sa sœur protégée dans les morceaux phares « Tout oublier » et « J’ai vu ». La nostalgie est transmise avec force sur les notes de « Les matins » ou encore de « La flemme ». Les doigts légers de l’artiste pianotent délicatement et accompagnent ses jeux de scène. Angèle et ses trois danseuses nous offrent une prestation scénique digne l’immense scène ; il est clair que le charisme et la prestance ne sont pas laissées au vestiaire et Angèle empli l’espace de tout son être. « La loi de Murphy », « Les amoureux des bancs publics », « Jalousie », « La thune », le parcours de notre jeune chanteuse est retracé au fil de ses plus grands titres, qui s’enchaînent et ensorcellent la salle qui en redemande. Notre amazone des temps modernes entame « Balance ton quoi », sur lequel elle s’accorde des cinématiques de chatons et des silences lourds de sens auquel les fans sont réceptifs, le message est passé. Sa petite frimousse revêche et eugénique reconnaissante et vidée signe les derniers instants de ce concert grandiose. La soirée s’écoule en quelques minutes, et déjà le concert se termine, notre « Reine » est ovationnée plutôt deux fois qu’une. La magie demeure longtemps dans l’atmosphère et dans les têtes, les yeux sont pleins d’étoiles et les refrains sont gravés en mémoire. Une autre !

Enola Chagny

Photo : Tina VanBelle

www.difymusic.com/angele

Laisser un commentaire