Nouvelle Vague

ANAÏS

ZOOM-Anais

Une dizaine de dates à venir, un nouvel album prévu pour cette année. Depuis 2006 et sa nomination aux Victoires de la musique, Anaïs irradie la scène musicale française. Un style musical très travaillé, excentrique, s’apparentant à un « One woman show ». Entre ironie, humour et chansons décomplexées, Anaïs fascine. Brûlante et ambitieuse, elle est une artiste scénique accomplie. Elle nous a accordé une interview riche, animatrice d’une bonne humeur contagieuse.

 

Comment se déroule votre tournée ?

Très bien, j’ai l’impression que le public me suit avec plaisir et folie. Il ne s’attend pas à ce que je joue que « Mon cœur, mon amour ». J’ai introduit de nouvelles chansons dans mon concert, avec l’envie de repartir à zéro.

 

Préférez vous être seule sur scène ou accompagnée comme avec votre ancien groupe Opossum ?

Opossum c’était très rock, il n’y avait pas d’intérêt à jouer de la guitare seule. Je joue à deux pour le moment avec Christophe Rodomisto, nous nous amusons bien. Seule c’est différent, je peux dégainer des choses qui parlent plus que quand je suis en groupe.

 

Comment décrivez-vous votre musique ?

Je suis plutôt contente de mon parcours. J’ai co-réalisé le 2ème album et j’ai eu la chance de réaliser le 3ème pour la première fois. Il est enregistré dans des cabines séparées, en travaillant avec des amis sur le réaménagement sonores. Récemment, j’ai quitté Universal d’un commun accord pour retrouver quelque chose de plus « roots ». Comme un besoin de remise en danger.

 

Vous êtes sur le projet d’un nouvel album, avez-vous le temps de vous y consacrer avec la tournée ?

Oui, je le finalise en même temps que ma tournée. Ça me permet de montrer que des chansons un peu folles de mon album ont leur place sur la scène. La scène permet de faire n’importe quoi tant que nous y croyons. L’album va être un peu fou aussi, plus folk. En gardant ma guitare acoustique, j’ai la volonté de ne pas tout dénaturer avec trop d’arrangements. Je me suis beaucoup inspiré des années 30, avec ce côté rebel.

 

Actuellement, il y a des artistes qui t’influencent ? Comme le groupe La Femme ?

Je ne suis pas trop l’actualité, je n’ai pas envie d’acheter un album chantonné, sans rythmique qui ne me fait pas vibrer. Dernièrement, j’ai eu l’occasion d’aller au concert de Bonnie Raitt à la Cigale. Le meilleur concert de ma vie. En France il nous manque un certains groove dans les textes, on n’est pas très jazzy.

 

Ecrire pour les autres c’est quelque chose à quoi tu penses ?

Je l’ai déjà fait, j’ai gardé des chansons. Ecrire pour les autres, c’est écrire autrement. On sort de soi-même. Je n’ai toujours pas trouvé un artiste éclatant qui voudrait mes chansons. J’ai toujours voulu écrire pour Vanessa Paradis. C’est une grande interprète, elle a une voix qui coule, très anglo-saxonne.

 

Vous avez fait une apparition dans le film « Un heureux événement » et aussi prêté votre voix pour des films d’animations, c’est quelque chose qui vous plaît ?

Après l’album je ferai une petite pause. Ce que j’aime surtout, c’est faire rire, jouer des sketchs. Je ne suis pas intéressée par le cinéma dans l’optique de gagner des Césars. Je n’en ai pas la prétention, mais seulement des envies.

 

Vous faîtes de nombreux morceaux décalés, quelle est la place de l’humour et de l’ironie dans votre musique ?

Une place importante. L’ironie surtout, j’aime dédramatiser des situations. Dans mes textes j’aime parler pour les autres avec « Mon cœur, mon amour » les gens seuls se sont retrouvés. Ma chanson sur l’accouchement également, je veux montrer aux gens qu’ils ne sont pas seuls. J’adore faire des contrepieds, mélanger constamment le second et le premier degré.

 

Qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter pour 2014 ?

J’aimerai que mon album plaise à mon public avant toute chose. J’ai beaucoup travaillé dessus. De mon point de vue, il est très ambitieux, « couilleux » dans les textes.

 

Kevin Caro

Le 14/03 à l’Espace Léonard de Vinci – Mandelieu la Napoule (06),le 24/03 à l’Antirouille – Montpellier (34), le 25/03 au Centre Culturel le Galet (dans le cadre du festival Voix de Femmes) – Saint-Martin-de Crau (13).

www.anaisinyourface.com

Laisser un commentaire