Nouvelle Vague

AIXQUI ?

ZOOM-Aixqui-logo
23 ans durant, cette association s’est attachée à encourager, développer et promouvoir les pratiques culturelles amateurs de notre belle jeunesse ! Elle s’est lancée à cœur perdu dans l’encadrement et le suivi des pratiques musicales dites « jeune » et n’hésite pas à partager son expérience avec d’autres structures. AixQui ? c’est environ 1590 groupes qui ont pu se représenter sur scène, dont 188 amateurs.

 

Les débuts

Tout a commencé à Aix-en-Provence en 1989. Qui aurait dit que cette association, qui aujourd’hui compte six salariés et agit tel un porte-voix pour les musiques dites « jeunes », fut à l’origine une initiative prise par trois collègues aux professions plus qu’hétéroclites : un pâtissier-chocolatier-glacier-confiseur, un santonnier et un musicien connu sous le nom de « Garage », tous trois fédérés autour d’un même constat : « dans notre ville il y avait plus de place laissée à l’opéra, à la musique dite savante qu’à l’expression de la jeunesse » explique Garage. Le but était donc d’obtenir des locaux dédiés à la pratique de la musique amateur car « nous ne sommes pas là pour faire du développement mais pour aider les amateurs à faire leurs premières scènes, les encadrer pédagogiquement, techniquement et artistiquement qu’ils puissent se réaliser dans les meilleures conditions, de créer un pont entre l’expérience et cette pratique amateur ». L’association cherche alors des lieux pour faire jouer des groupes de collégiens et lycéens pour qui la fête de la musique restait l’unique occasion de pouvoir se défouler sur une scène. C’est dans cet esprit-là qu’apparaîtra en 1991 le tout premier tremplin Class’Rock !

De fil en aiguille…

Progressivement mais sûrement, l’association intensifie et étend ses actions dans l’ensemble de la région PACA, à commencer par les Class’Rock : « petit à petit ce tremplin-là a reçu l’invitation d’autres villes, soit par l’intermédiaire d’associations soit de personnes que nous connaissions sur place. C’est parti d’Aix et ça s’est étendu sur Vitrolles, Istres, Salon de Provence, aux frontières des départements voisins pour atterrir en 1999 à la totalité des départements de la région PACA ». Fort de son succès plus que retentissant, les Class’Rock s’exportent au-delà des frontières et deviennent en 2007 les Class’Eurock de par leur dimension européenne. Et ça ne s’arrête pas là ! Depuis 2001, AixQui ? organise et coordonne des échanges de qualité entre jeunes musiciens en coopération avec des associations européennes (principalement en Allemagne) et sud méditerranéennes (en Tunisie) : « ce sont des échanges construits. Il y a une rencontre ! Les jeunes musiciens passent du temps ensemble, jouent ensemble, apprennent ensemble et parfois composent ensemble », précise Garage. AixQui ? est par ailleurs à l’origine d’une multitude d’autres projets tels que : Le Tour du Pays D’Aix, Zik au Sommet ou encore La Journée du Rock. Elle est également co-organisatrice du Zikommfestival.

L’amplificateur des musiques jeunes et des pratiques amateurs

Ayant acquis une expérience pour le moins respectable dans le domaine associatif, AixQui ? s’est, depuis peu, attelé à la tâche d’accompagner et de suivre d’autres associations dans leurs démarches : « nous passons du temps à nous pencher sur le cas d’associations que nous avons vu à droite et à gauche pour savoir comment nous pouvons les aider à se structurer de manière à ce qu’elles ne passent pas 23 ans, comme nous, à trouver les moyens de survivre » explique Garage. L’objectif est de créer un maillage associatif du territoire car : « il y a du potentiel sur ces territoires, donc comment les révéler ? Et comment pousser ces potentiels, souvent des associations ou des personnes isolées, à travailler ensemble pour construire demain ? Le travail que nous faisons, comme la culture ou l’éducation populaire d’une manière générale, est un facteur d’essor du territoire. C’est-à-dire que là où il n’y a pas d’activités associatives, il n’y a pas de vie. Donc pour nous, cela fait partie d’une logique de structure du territoire ».

Antoine Gaudin

www.aixqui.fr

 

 

 

Laisser un commentaire