Nouvelle Vague

AC/DC, le 13/05 au Nouveau Stade Vélodrome – Marseille (13)

104_8958 mini

60000 personnes, un concert qui affiche « complet », quel bonheur ! Avec Coldplay qui est « sold out » depuis plusieurs mois à Nice dans 10 jours, le Sud-Est est vraiment une terre de concerts, de grands concerts.

C’était la seule date française pour AC/DC et la polémique sur le choix d’Axl Roses était balayée depuis sa prestation de Lisbonne, bien relayée par les réseaux sociaux. D’ailleurs, félicitons le producteur du concert d’avoir accédé à la demande de 2000 personnes qui ont voulu être remboursées suite au changement de chanteur. Je ne suis pas sûr qu’aujourd’hui, beaucoup soit satisfait de leur choix plus idéologique que musical.

En premier partie, Tyler Bryant & The Shakedown ont fait le show. Pour l’anecdote, nous avions à la guitare, Graham Witford, fils de Brad d’Aerosmith. 25 ans mais quelle énergie !

20h45 sonnait à la cloche quand le spectacle commença dans un feu d’artifice de lumière et de pyrotechnie. Axl Rose était assis confortablement sur son trône (apparemment, le pied n’était pas guéri malgré de nombreux bruits qui avaient couru sur sa présence debout) et fit vraiment le job. Angus Young fut fidèle à lui-même, impossible de rester immobile, passant son temps à jouer en arpentant l’immense scène. Le show fut beau, les décibels ont inondés le stade (heureusement d’ailleurs qu’il était couvert car un fort vent était de la partie) pour le plus grand plaisir du public, dont beaucoup portaient les cornes, symbole d’AC/DC.

Les chansons historiques n’ont pas été oubliées, et lorsque « Hells Bells » retentit, le passé est devenu présent pendant 6 minutes et les poils de mes bras se sont dressés comme il y a 35 ans. Pour l’anecdote, plus de la moitié du public n’était pas née pour la première tournée en France d’AC/DC, le signe que ce groupe a marqué le rock et la musique.

C’était un vendredi 13 à Marseille, le seul d’ailleurs de l’année. Tant mieux finalement car il restera gravé dans mes souvenirs.

 

Jean-Luc Thibault

 

Laisser un commentaire