Nouvelle Vague
ZOOM-SUD EST-Alpes-Boby Allin

C’est en passant d’un rock british coloré à des airs pop envoutants teintés de clairs-obscurs que nos quatre niçois Quentin, Paul, Charles et Antoine, sont devenus Alpes. Leur musique a, depuis 2013, pris un tournant plus mature en révélant davantage leur identité. Et ça nous plait ! Ils ont conquis notre belle région et conquièrent la France à grand pas. La sortie de leur nouvel album « Between Moon And Sun » chez Deaf Rock Records approche (et nous avons très hâte), c’est pourquoi nous les retrouvons.

 

Parlons d’abord de vos débuts. Comment s’est formé Little d Big B ?

Nous étions 4 potes de lycée, nous voulions faire de la musique, composer et avoir notre identité. Et surtout faire des concerts pour les potes ! Nous avions chacun des groupes respectifs avant Little d Big B. On s’est vu en concert de nombreuses fois, émerveillés par la performance de l’un et l’autre et on s’est naturellement appelé. Nous avons alors loué quelques heures de studio et 5 mois plus tard nous avions déjà 5 morceaux de composés. Depuis notre premier concert au Volume à Nice, on ne s’est pas lâché, et l’aventure continue.

Et qu’est-ce qui vous a poussé à devenir Alpes, il y a trois ans maintenant ?

Après 2 ans à Nice à faire tous les tremplins du coin et à écumer les salles de concert, nous avons signé en 2013 chez le label Deaf Rock Records. On est entré quasi-directement en studio pour notre EP « Dream Ocean ». Notre son a évolué, on s’est dit que s’il y avait un moment pour changer de nom et prendre un nouveau départ, c’était maintenant. Alpes exprime la dimension plus aérienne qu’a pris notre musique, peut être aussi une façon de marquer une certaine prise de maturité.

Comment décririez-vous votre style ?

Quelle question compliquée… (Sourire) Nous sommes avant tout un groupe de rock. Nous avons enregistré notre album « Between Moon And Sun » en live pour retranscrire cette énergie sur le CD. On a aussi des sonorités plus pop parfois, et des passages plutôt psychédéliques. Nous n’aimons pas tellement mettre un style ou une étiquette en particulier sur notre musique, nous essayons de faire quelque chose qui nous correspond, qui nous ressemble.

Quelles sont vos influences musicales respectives ?

Nos Influences… nous pouvons déjà citer les artistes qui nous ont marqué ces derniers temps comme James Blake, Alabama Shakes, Arcade Fire, et beaucoup d’autres… Bien évidemment des classiques qui nous ont bercés comme Bowie, les Beatles, Pink Floyd… Nous écoutons de tout, nous sommes curieux et rapidement émerveillés par une sonorité nouvelle ou un parti pris intéressant, peu importe le style !

Votre nouvel album va bientôt sortir. Que pouvez-vous nous en dire ?

Depuis que nous avons commencé à faire de la musique ensemble, nous attendons ce moment avec impatience. Notre 1er Album ! C’est pour nous la concrétisation de ces 6 années de travail et d’aventure. Nous travaillons dessus depuis plus d’un an et demi. Nous avons beaucoup composé dans nos petits appartements parisiens, et nous sommes isolés dans une maison en Bretagne l’été dernier, où nous avons créé la majorité des chansons de l’album.

Quelles ont été les conditions de son enregistrement ?

Nous avons eu la chance de travailler avec deux personnes formidables. Ce fut d’abord un travail de préparation. Pour l’enregistrement live il faut avoir les morceaux en mains. Nous avions donc besoin d’une oreille fraiche et extérieure : un réalisateur. Notre ami Lionnel Buzac avec qui nous avions déjà bossé plusieurs fois nous a clairement apporté ce que nous recherchions. Nous avons enregistré avec lui, en plusieurs sessions de studio. C’est ensuite Christophe Pulon, l’ingénieur du son du Deaf Rock Studio qui a mixé, puis masterisé notre première progéniture. L’album est maintenant terminé, prêt à sortir le 17 juin prochain, on a tellement hâte de pouvoir le partager car nous en sommes très fiers !

Avez-vous d’éventuels projets futurs ?

Tourner un maximum, rencontrer encore des nouvelles personnes, voir de nouveaux paysages, retranscrire nos émotions de la façon la plus libre et sincère qu’il soit, et si on en a la chance, faire un second album !

 

Charlotte Munoz

Le 24/06 au Festival Les Nuits Carrées – Antibes (06)

Crédit Photo : Boby Allin

Laisser un commentaire